Association des pourvoiries de la mauricie

Chronique sur les types d'installations pour la chasse à l'ours

 On trouve autant de types d'intallations que de chasseurs et de guides, chacun ayant ses préférences, ses contraintes et ses objectifs. L'idée est de trouver la méthode qui nous convient et nous satisfait. J'utilise personnellement trois types d'installations qui comportent chacun des avantages et inconvénients.

La première méthode que j'utilise consiste à placer, à l'abri de la pluie , un baril à l'horizontale avec à son extrémité, un trou juste assez gros pour que l'ours puisse y entrer sa patte et en extirper de la nourriture. Je fixe le baril à un arbre avec de la grosse broche de façon à ce que l'ours se positionne de côté, dans l'angle du chasseur. En introduisant sa patte dans le trou, l'ours exposera ses parties vitales et facilitera ainsi le tir, particulièrement pour les chasseurs à l'arc et à l'arbalète. J'obstrue également le trou avec des billots de bois, ce qui limite l'accès à la nourriture aux écureuils, martes et oiseaux, et évite ainsi une perte de nourriture. Il s'agit d'une installation simple, rapide et très efficace, qui nécessite cependant le transport d'un baril. Le seul «défault» de cette technique selon moi réside dans son «look» qui n'est pas naturel.

Un autre type d'installation qui se révèle très efficace lorsque je ne dispose pas d'un gros arbre à proximité de mon site me permettant d'y fixer le baril, est d'enterrer le baril dans le sol à la verticale afin que l'ours ne puisse pas le dégager. Je place des billots de bois sur le dessus ainsi qu'une grosse pierre, ce qui empêchera les autres animaux d'y accéder. Aussi, en plaçant le baril dans une légère pente, incliné un peu vers le bas, l'ours se positionnera automatiquement de côté et sera bien positionné pour le tir. Cette technique nécessite cependant plus de travail et ne protége pas les appâts de la pluie. Comme j'aime bien chasser en forêt mature, j'utilise plus rarement cette technique, mais j'ai tout de même deux sites très achalandés qui sont installés de cette façon et qui donnent de bons résultats année après année.

Une technique que j'affectionne aussi est d'utiliser les matériaux que la nature nous offre pour fabriquer notre site. Il peut s'agir d'une cavité dans le sol, d'un arbre creux, d'une souche d'arbre renversé, etc. J'utilised alors des billots de bois et des roches pour protéger mes appâts et pour bien positionner l'ours dans l'angle du chasseur. J'apprécie cette technique surtout pour le «look» naturel du site et aussi en raison de la simplicité procurée par l'absence de baril.

En résumé, chacun peut développer ses tecniques selon les matériaux disponibles, les sites choisis, ses habiletés et son imagination !

(Source: Bruno Caron www.chassequebec.com )

Source photo: chasseQuébec.com


Archives Archives
Encan - Vacances en pourvoiries - Nouveau !

Vous voulez annoncer ici?
Contactez-nous!